Une sculpture sur le RSE

Demain sur les épaules des Géants…

Bronze à tirage numéroté – édition limitée
Socle Acier objets recyclés
196x90x90

Prix sur demande

Sculpture réalisée sur commande, sur le thème de la Responsabilité Sociétale des Entreprises RSE, pour le compte de la société BASSETTI spécialisée dans la transmission de l’expertise technique.

Elle sera inaugurée au Salon des Artistes Français au Grand Palais à Paris à l’occasion de Art Capital du 13 au 18 février 2024.

La sculpture fait l’objet d’un Article dans la revue Entreprendre, dossier spécial sur l’art en entreprise, N° de Février 2024.

Que nous raconte cette sculpture ?

Demain sur les épaules des géants, racontée par Grégory

J. Pourquoi avez vous choisi le thème de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) ?

C’est une suggestion de David Bassetti, mon commanditaire. Il m’avait déjà proposé un précédent projet sur l’Audace, que nous avons réalisé en 2022. Pour ce nouveau projet, il souhaitait un thème fort de son actualité d’entrepreneur et qui soit une préoccupation commune.

J. Pas simple comme thème pour une sculpture… Comment vous y-êtes vous pris pour développer l’idée ?

En effet, le thème est tout sauf simple. Il embrasse énormément de préoccupations. Et je ne voulais pas tomber dans les lieux communs ou proposer une représentation déjà vue. Ne pas tomber dans les représentations classiques était difficile. Porter un message d’espoir et de réconciliation était une nécessité. J’ai commencé par en parler autour de moi. J’ai eu des discussions avec de nombreux acteurs de la RSE : des consultants, des chercheurs… J’ai lu des articles. Bref j’ai accumulé de la matière première. Ensuite, il faut laisser décanter tout ça. Et un beau jour, une idée émerge. On ne sait pas exactement d’où elle vient. Mais quand c’est la bonne on ressent une grande certitude. Après on essaie de comprendre l’idée. On fait une maquette en terre échelle 1/5, et on confronte notre idée avec notre commanditaire. Après l’idée doit murir encore un peu avant d’être réalisée.

J. Quelle est l’idée qui a émergé de tout cela ?

Le personnage masculin est typique de notre société. Il a pris conscience des enjeux sociétaux énormes auxquels il devrait faire face. Il est soucieux, voire consterné, effaré par les conséquences de l’activité humaine sur le réchauffement climatique et la perte de biodiversité. Conscient des enjeux climatiques en cours, il continue cependant à faire ce qu’il a toujours fait. Il ne sait pas faire autrement, pris dans un engrenage, il puise dans les ressources de manière machinale avec sa main gauche.

J. Pourquoi avoir choisi un tel socle ?

A la base j’imaginais sculpter un socle sortant du corps de l’homme qui se fissure, fait de différents objets de l’industrie du XXème siècle. Il devait y avoir un TGV, un concorde, une colonne de refroidissement de centrale nucléaire, mais aussi une machine à laver et un téléphone portable… Tout cela pris dans une sorte de maelstrom en spirale. Cela augmentait énormément la durée du projet. Et puis je me suis dis, que les objets de l’industrie du XXème siècle existaient déjà et qu’il me suffisait de les assembler.

J. Ce sont des objets réels qui ont été en usage ?

Exactement. On peut reconnaître des engrenages, des poulies, des morceaux de moissonneuse batteuse et un soc de charrue. Il y a aussi une balance romaine, des spatules d’amortisseurs, et un système d’engrenage issus d’une rôtisserie…

J. L’homme vous ressemble un peu non ?

Lorsque je pensais à ce personnage, je me suis profondément identifié à lui. En tant qu’ancien ingénieur qui a travaillé pour un grand nombre d’industriel pendant les vingt premières années de ma carrière, je me sentais tout à fait concerné par la situation. C’est tout naturellement que je me suis inspiré de mes traits. Je ne voulais donner de leçon à personne, c’est un moyen de dire : “moi aussi je suis un produit du XXème siècle. J’ai conscience de la situation, mais je me sens comme un lapin pris par les phares d’une voiture”. Le film Demain, de Cyril Dion a contribué à ma prise de conscience. Et justement, face à l’effarement, Cyril Dion propose de montrer des acteurs variés qui ont fait des choix à 180°. Appeler cette sculpture Demain, Sur les épaules des Géants est une référence à ce film important.

J. Pourquoi avoir mi le XXIème siècle sur les épaules de l’homme ?

Oui, sur ses épaules de géant, se tient une petite fille (1/2 taille humaine). Elle incarne le XXIème siècle, qu’on espère plus féminin et tourné vers le développement durable. Les enfants habitent la demeure de demain, nous dit le poète Kalil Gibran. Ils ne nous appartiennent pas et sont comme des flèches tirées vers l’avenir. L’idée de la placer sur les épaules de l’homme, vient de la phrase “nous sommes comme des nains juchés sur des épaules de Géants”, attribuée à Bernard de Chartres. C’est aussi un hommage à Jean Claude Ameisen, qui a tant œuvré à la prise de conscience d’une action durable nécessaire, au travers de sa présidence du Conseil National d’Ethique. Jean Claude Ameisen commençait chacune de ses émissions sur France Inter, Sur les épaules de Darwin par cette phrase célèbre. Cette phrase nous rappelle que toute innovation s’appuie sur les découvertes passées.

J. La petite fille tourne le dos à l’Homme… Elle est fachée ?

Non justement pas. Cependant, les jeunes générations doivent définitivement regarder dans une autre direction pour trouver des solutions aux enjeux de demain, elles doivent s’appuyer sur le socle solide des innovations du XXème siècle. La jeune fille est résolument tournée vers d’autres horizons, plus en accord avec la Nature qu’elle doit préserver, c’est pourquoi elle tient un arbre dans sa main gauche. Sa main droite tenait la main de l’homme, dans un geste tendre de transmission.

J. Mais elle est en train de lui lâcher la main… 

Oui. Elle a un pied dans le vide car elle s’apprête à franchir le pas, de manière déterminée. Elle se jette dans l’inconnu, l’incertain, et cependant, va de l’avant avec conviction et je souhaite, sérénité…

Les coulisses de la réalisation

1 Reply to “Une sculpture sur le RSE”

  1. Merci pour vos écrits qui nous expliquent ce à quoi vous avez pensé…comme vous avez ressenti.. par rapport au sujet à la création que je vois….magnifique🤩🤩
    La jeune fille que l’Homme du xx siècle porte sur ses épaules, aura encore besoin de lui, puisqu’il la porte! Il reste l’homme du Passé avec son savoir à transmettre…. Et à accepter….Avant.
    💓🍀Bonne chance à elle et à nos enfants

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *